Rejoignez-nous

- Vas-y, Cogne ! -

Week-end groupe alpi 2017

Vas-y, Cogne !

(Ou notre premier week-end cascade de glace en Italie)

Les 13 et 14 janvier dernier, une partie du groupe alpi s'est retrouvée pour partager, à coups de crampons et de piolets, un week-end initiation à la cascade de glace sous l'oeil bienveillant de notre Chef de file Thibault, épaulé par Elliot et Manue, deux membres du CAF Douvaine déjà fins connaisseurs en gros glaçons.

Cette fois-ci, sont présents Tonia, Christian et sa moitié Gaëlle, binôme et moi-même. Nous avons pour mission de nous former afin d'emmener le reste du groupe dans quinze jours, cette fois sans guide, comme des grands !

La semaine précédente se déroule donc au fil des mails de préparation, de recherche de matos pour tout le monde et d'organisation (enfin Thibault, tu organises, hein?!?).

Le samedi matin, de bonne heure et de bonne humeur (comme d'hab) nous récupérons nos colis habituels à Findrol et c'est donc en direction de Cogne que nous prenons la route une fois sortis du tunnel du Mont Blanc. C'est le long d'une route faite de lacets que nous découvrons une vallée enchantée, recouverte d'une neige immaculée, scintillante de mille feux au contact des premiers rayons du soleil parvenant au-dessus des sommets acérés du parc national du Grand Paradis.

Bon sang que cet endroit porte bien son nom....

Notre hôtel est situé tout au fond de la vallée. Les lieux inspirent calme et sérénité. Du moins, le temps du trajet, lorsque les paysages défilent derrière la fenêtre. Ça, c'était avant. Avant de descendre de la voiture, avant que nous nous mettions à baboler dans tous les sens et à haute voix, bref, avant qu'on débarque.

Première leçon du jour :

« Bon allé vous vous changez et on y va »

« Euh... Thibault, on est sur un parking, il fait -15° »

« Et il est où le problème les filles ? »

Bon, ok on est pleines de bonne volonté, mais faut pas pousser mémé dans les orties....

10 minutes plus tard et après avoir trouvé des toilettes chauffés pour nous changer (« Gaëlle reste pas trop collée au chauffage je te dis.... ») nous prenons donc la direction de la cascade de Lillaz, pour ce matin, c'est initiation, prise en main des piolets, agilité (ou non) avec les crampons, comment éviter de s'écorcher les doigts avec une broche (n'est-ce pas binôme) et c'est parti.

Pendant ce temps, Elliot et Manue nous installent une belle voie quelques mètres plus loin sur une magnifique cascade aussi longue que large, tandis que Thibault semble vouloir s'amuser sur un bout de glaçon légèrement étroit... soit...

Nous apprenons à découvrir de nouvelles sensations en moulinette pour le moment. Au fur et à mesure de la journée, certains s'essaient à la cascade en tête, Eric nous démontre une fois de plus sa délicatesse légendaire du bout de ses piolets et parvient à exploser le nez de Christian.... C'est pas faute d'avoir crié « doucement Eric!! » mais rien n'y fait, tout ça pour que Christian ait désormais un air de baroudeur mystérieux avec sa cicatrice. Mais bon, paraît que sur le marché de l'occasion, ça se vend pas mal ! Hein Christian ?

Pour ma part, grimper en moulinette m'a beaucoup plu et je suis très agréablement surprise des sensations découvertes aujourd'hui. Ce n'est pas sans appréhension que j'imagine la journée qui va suivre quand j'entends parler de grandes voies, mais chaque chose en son temps ! Aujourd'hui, je me fais plaisir, je prends de la hauteur et je me régale !

Le soir, tous réunis autour d'un bon verre, il me semble que nous sommes tous ravis de notre première journée et que la surprise est générale pour tout le monde. Chouette ! Nous pouvons donc préparer la journée du dimanche et nous nous divisons en quatre cordées de deux. Demain, nous ferons deux groupes sur deux cascades différentes.

Désormais, il ne manque plus que le sauna pour aller se détendre ! Ah mais oui, c'est au sous-sol ! Dis donc, le CAF Douvaine s'embourgeoise !

Dimanche matin, alors que notre petite troupe a plus ou moins (surtout moins, hein Thibault) étudié le chemin pour arriver jusqu'au point de départ, nous arrivons au pied d'une première cascade.

Quand Thibault annonce la couleur, les regards se dirigent tous vers la cascade Valmiana et à la question « qui veut y aller ».... je vous laisse imaginer le silence qui s'en est suivi !! C'est finalement binôme qui se décide en premier, que je décide donc de suivre puis Tonia et Thibault qui n'avaient pas d'autres choix puisqu'ils étaient nos compagnons de cordée. Le reste du groupe rejoint une seconde cascade située 500 mètres au-dessus : il sentiero del troll. Nous ne les retrouverons qu'en fin d'après-midi !

Notre aventure commence donc tout simplement par le fait de monter à travers une coulée d'avalanche pour atteindre le pied de la voie. Tout va bien se passer.... Fort heureusement, une fois au pied de la cascade, Thibault a compris de lui-même et sans que je n'ai besoin de lui dire qu'il pouvait y aller en premier. Faut être honnête, loin de moi l'idée de le ridiculiser de suite et de le mettre K.O dès le début. Alors, grande princesse, je l'ai laissé affronter seul ce premier mur de glace (qui ne m'impressionnait pas du tout du tout).... Merci Thibault.

Bref, fini la rigolade, à mon tour (bon sang que j'ai bien fait de le laisser partir en premier...), c'est sport mais c'est dingue comme les piolets et les crampons accrochent bien (tiens, je ferai bien une petite pause là pour admirer le paysage....souffle Amélie, souffle...).

Je me suis finalement lancée en tête sur les deux longueurs qui ont suivi, toujours sous l'oeil attentif de notre Chef de file. Bon, ok, c'était nettement moins raide, mais quand même, j'étais contente, premières broches, premiers mouvements, est-ce le fait d'être suivie et encadrée sans pour autant être « assistée », la stimulation est bien présente et l'alchimie est là. Eric et Tonia nous suivent et cela permet d'échanger entre nous, Thibault peut garder un œil sur nous trois tandis que les deux autres cordées sont encadrées par Manue et Elliot. Nous voilà tous bien formés.

Oups, un deuxième mur. Bon, Thibault, à toi l'honneur....

Je reprends du service sur la dernière longueur. « Euh, Amélie, tu penseras à mettre une broche quand même là.... », bon ok, si tu insistes, c'est juste que là, je commence à fatiguer, que Parkinson me guette (n'est ce pas binôme) et qu'il faut brocher avec les avants bras qui commencent à fatiguer, le sang qui ne circule plus très bien. Bref, je broche, je tremble, je souffle, je passe ma dégaine, je resouffle et je clip. Ça, c'est fait. Mais bon sang il est où le relais ! Encore quelques broches à poser et ouf, libération, il est là ! Je me vache et aaaaah que c'est bon, arrivée ! Tout le monde me rejoint puis nous installons les cordes pour le rappel, on sent que l'heure tourne et Thibault nous demande d'enchaîner plus vite. Alors on y va.... 5 longueurs à faire en rappel, c'était pour ma part une première.

« Euh, Thibault, je passe où là ??? »

« Laisse faire, la gravité l'emporte toujours » qu'il me répond....

Leçon du jour : on ne lutte pas contre la gravité.

Nous retrouvons le reste de la troupe encore suspendu au beau milieu de leur cascade. Tonia et moi repartons à l'hôtel alors que le soleil se couche, l'ambiance en pleine nature change pour laisser place à une lumière plus douce et calfeutrée, les premières étoiles apparaissent et la magie opère. Le reste de la troupe rentrera à la frontale.

Tout le monde semble heureux, exténué mais heureux. Le week-end se termine sur une très bonne note, tout le monde a grimpé en tête, mais ce fut avant tout encore un super week-end de découverte, d'échange et de rires.

On se retrouve dans 15 jours avec le reste du groupe....

Amélie

Lire le récit de la 5e sortie
Sortie précédente