Rejoignez-nous

- Week-end Groupe « Grimpe » - Buis les Baronnies- 13-14 mars -

L’hivers est encore bien présent dans nos montagnes, mais déjà le soleil du Sud essaye de nous attirer : le printemps revient, et avec lui, les plaisirs de l’escalade. Justement, cela tombe bien, on a un week-end fixé avec notre groupe « Grimpe » du CAF de Douvaine le 13 et 14 mars.
15 jours plus tôt, on se retrouve ensemble histoire de dépoussiérer nos chaussons et retrouver le contact avec le rocher. Pas facile, on pose nos mains comme nos bâtons de skis, et nos pieds n’ont pas le collant des peaux des phoques ; la transition se fait notamment dans la voie Anxio-Lithique au-dessus d’Abondance.

Du coup, deux semaines après on se sent chaud pour partir direction Buis les Baronnies ! On débarque le samedi matin sous le soleil, alors qu’au-dessus de Douvaine il neige !
Quelques-uns d’entre nous essaye de faire de bonnes blagues durant les 3h30 de trajet : le guide sourit et prend note pour plus tard. Plus tard, c’est au pied de la falaise, quand il nous propose d’aller nous frotter à des longues voies qui sortent de nos zones de confort ! Téméraires, mais pas fous, on forme 3 cordées de 2 et on part à l’assaut du rocher de Saint Julien. Le samedi se passe notamment autour « Des Guêpes », « Les initiateurs », « Gastronomes » ou de « Pilier Gris ». Une erreur d’itinéraire donne du fil à retordre pour deux compères qui se retrouvent dans un beau 6a+ : il faut toujours réfléchir avant de suivre une chauve-souris.
Pour d’autres, les relais sont tellement agréables avec leur point de vue et leur odeur de thym, qu’ils n’hésitent pas à en faire profiter leur partenaire de cordée bien plus longtemps que nécessaire. Heureusement, on a pris avec nous deux sauveteuses d’« Alerte à Saint-Julien » et Thibault le guide en profite pour nous initier aux techniques de réchappe !

Le soir, le gîte au pied de la falaise nous permet un repos bien mérité. Les 10 litres de bières que nous avions emmenés nous ont trouvé bien plus raisonnable que d’habitude je pense… on va devoir en ramener ! Même les copains du CAF d’Annemasse retrouvé par hasard au gîte ne nous ont pas aidé !

Le lendemain matin, on retourne sur le rocher de Saint Julien, mais dans le secteur des « Trous » cette fois-ci. Les trois cordées que nous formons partent dans trois longues voies différentes. Le caillou est adhérant (presque abrasif, nos doigts en pâtissent) et les prises, une fois découvertes, sont très souvent agréables. Tout est bien équipé, pas besoin de nos jeux de Friends et coinceurs : de toute manière, dans les dalles, pas de fissures !
Deux partenaires à nous ont tellement adoré le rocher qu’ils ont décidé de lui laisser deux maillons rapides en offrande : Thibault n’est pas de cet avis et profite d’un rappel pour les récupérer ! Le soleil commence à jouer à cache-cache et le vent se lève, on a même quelques giboulées qui nous arrivent directement du Mont Ventoux, majestueux face à nous.
Du coup, l’après-midi se passe autour des manips de cordes, et de dernières longueurs avant de rentrer à la voiture. Cette fois ci, pas de petit coinceur gris abandonné, pas de corde délestée à la descente… On n’a rien perdu, juste une cheville peut être, à l’arrivée à la voiture.